Le blog Tyeko, infos, points de vue et études de cas

Avoir une vision complète du procédé d’isolation de son habitation

Les parties à isoler de façon prioritaire dans une habitation sont celles qui occasionnent le plus de déperditions.

On ne peut pas laisser un bâtiment mal isolé thermiquement si l’on cherche à faire des économies d’énergies.

Un immeuble d’habitation doit être isolé de manière réfléchie et en intelligence avec son type de principe constructif, son lieu d’implantation géographique et son fonctionnement. Certaines parties d’un bâtiment sont plus sujettes à des fuites énergétiques, d’autres moins. Il est donc nécessaire de bien les connaître pour les isoler thermiquement le plus efficacement possible.

Par conséquent, en reprenant l’analogie avec le corps humain, pour s’isoler du froid, on commencera par mettre des chaussettes et des chaussures, en plus de vêtements chauds et respirants. Ensuite viendront les gants et le bonnet, pour protéger les extrémités. Pour votre habitation, c’est la même chose.

pertes-chaleur.jpg

La toiture

Par son contact permanent entre l’intérieur et l’extérieur et son exposition au vent, elle est la première cause de déperdition de chaleur d’une maison (30 %). Pour diminuer ces pertes, plusieurs solutions existent :

  • Si les combles sont accessibles, les fibres minérales et végétales seront efficaces, en rouleaux ou en vrac.
  • S’ils ne sont pas accessibles, il faut incorporer ces fibres par le toit ou à l’aide d’une trappe, ou d’une insufflation en caissons.
  • Autre solution : isoler le plancher des étages pour que la chaleur s’échappe moins par le haut.

isolation-toiture.jpg

Les murs

Généralement isolés de l’intérieur avec des matériaux isolants en panneaux (voir "[Fiche technique] Les quatre grands procédés d'isolation thermique"). Minérale ou naturelle (voir "[Fiche technique] Tour d'horizon des matériaux isolants et de leurs rôles"), cette isolation devra impérativement être réalisée par des entreprises du bâtiment qualifiées RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Une autre solution serait de faire réaliser une isolation thermique par l’extérieur (ITE) (voir "[Fiche technique] Les quatre grands procédés d'isolation thermique"). Cette solution, plus onéreuse que L’ITI, permet de continuer à habiter le logement durant le temps des travaux et est une solution plus à même de limiter les déperditions de chaleurs par les murs (20 % à 25%).

Il est également possible de jouer sur l’épaisseur des murs lors de la construction.

isolation-murs.jpg

Les sols

La meilleure solution pour une bonne isolation thermique de votre sol est la réalisation d’un vide sanitaire, accessible ou non. Si ce n’est pas possible, il existe différentes solutions d’isolation. Attention : pour limiter les problèmes acoustiques, l’isolant doit être posé sous le revêtement (bois, carrelage, béton ciré…).

isolation-sols.jpg

Les menuiseries extérieures

Choisir des fenêtres et des portes isolantes contribuera à empêcher les déperditions de chaleur au niveau des vitrages (13 à 15 %), il est important de choisir un double vitrage. D’autre part, pour une meilleure isolation de votre logement, optez pour des fenêtres et une porte d’entrée à haute isolation thermique. Elles permettront de réduire votre consommation d’énergie et de réaliser des économies.

isolation-menuiseries-exterieures.jpg

Les entrées d’air

Limitez les fuites d’air ! Certes, aérer est primordial pour que votre maison reste saine. Cependant, il faut faire attention aux petites pertes de chaleur possibles dans toute la maison. En fonction de leur nature, utilisez du calfeutrage, la pose de joints, de mortier ou de mastic polymère.

isolation-joints-fenetres.jpg

Les ponts thermiques

Réduisez les ponts thermiques à la construction. Idéalement, il faut isoler par l’extérieur. L’autre solution est de renforcer les planchers avec du béton cellulaire et des dalles flottantes. Sinon, vous pouvez également opter pour l’intégration d’un chauffage au sol.

isolation-pont-thermique.jpg

La ventilation et l’aération

Souvent le parent pauvre du projet de rénovation énergétique, la ventilation reste un point clef de la bonne santé de votre logement. Un renouvellement complet de l’air à l’intérieur d’un bâtiment, n’est réussi qu’au bout de 15 minutes ! (base de 100 m² habitables). Coupez les émetteurs de chaleur (radiateurs) lorsque les fenêtres sont ouvertes.

Le système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) à un rôle très important. L’air vicié est aspiré et de l’air frais est apporté dans l’habitation. Pour assurer le bon fonctionnement d'une VMC, un nettoyage régulier et une inspection des gaines et des bouches est fortement préconisé. Les grilles de ventilation sur les fenêtres ne doivent pas être obstruées, elles participent à la bonne marche de la VMC.

A retenir pour réussir son projet d’isolation thermique d’un bâtiment

Une démarche réussie commence par une priorisation et une fixation des objectifs.

  • Elle repose sur l’établissement d’un diagnostic thermique afin de ne pas faire fausse route. Rénover énergétiquement un bâtiment peut coûter cher, le faire de la mauvaise façon, peut coûter encore plus cher !
  • Respectez la chronologie de vos travaux : on ne fait jamais changer un appareil de production de chauffage avant de faire réaliser l’isolation du bâtiment !
  • Attention aux produits miracles, il n’y a pas une solution, mais des solutions !
  • Si vous souhaitez obtenir des aides de l’état pour vos travaux, il est obligatoire de les faire réaliser par des artisans ou des entreprises qualifiés et certifiés RGE sous peine de voir ces aides refusées, et des travaux parfois bâclés !